La population canadienne se rallie à l’idée que le Canada doit investir afin d’assurer sa place dans l’espace

2018-12-06T16:49:11+00:00

Le 17 septembre 2018

Les Canadiens sont fiers des réalisations du Canada dans l’espace : selon un sondage national d’opinion publique, plus de huit répondants sur dix souhaitent que le gouvernement fédéral appuie le développement du secteur spatial.

« Nous avons appris qu’une réduction des investissements dans le secteur spatial serait préoccupante pour la plupart des Canadiens, car ils ne souhaitent pas prendre de retard par rapport aux autres pays ni passer à côté des retombées économiques ou des progrès technologiques importants que ce domaine peut apporter. Ils considèrent que le fait d’augmenter les investissements dans ce secteur est un moyen avant-gardiste de garantir l’avenir économique du Canada de même que sa compétitivité », a expliqué Jim Quick, président et chef de la direction de l’Association des industries aérospatiales du Canada.

« De nombreux Canadiens ne réalisent pas que leur pays joue actuellement un rôle de premier plan dans le secteur spatial », a mentionné Mike Greenley, président de groupe de MDA, un des partenaires de la coalition. « Ils sont intrigués lorsqu’ils entendent parler des bénéfices concrets qu’entraînent les découvertes en sciences spatiales, lesquelles touchent leur vie en moyenne de 20 à 30 fois par jour, par exemple lorsqu’on songe aux progrès de la médecine, aux alertes rapides en cas de catastrophes naturelles, ou encore, à la surveillance de nos ressources naturelles et à leur protection contre le changement climatique. Ils sont aussi emballés lorsqu’ils entendent parler de certaines des possibilités qu’offre la nouvelle économie spatiale. »

Jim Quick a ajouté que d’autres pays se positionnent actuellement en vue de tirer avantage de l’économie émergente du secteur spatial, et que le Canada risque de ne pas pouvoir en profiter s’il ne met pas en place de stratégie spatiale subventionnée et qu’il ne prend pas la décision ferme de redevenir une puissance spatiale de premier plan.

Le rôle de chef de file que joue présentement le Canada dans le secteur spatial, de même que son éventuelle participation dans l’économie florissante de ce secteur, dépend du gouvernement fédéral et de son engagement à proposer une nouvelle stratégie spatiale subventionnée. L’AIAC, MDA, et une vingtaine d’autres entreprises et organisations du domaine spatial ont lancé une campagne pour informer les Canadiens des enjeux actuels.

#TiensbonCanada souhaite attirer l’attention sur les réussites du Canada dans le secteur spatial, les avantages indéniables qui découlent des investissements dans ce secteur et bénéficient au Canada comme à sa population, la contribution importante de l’industrie spatiale à l’économie du pays et à son écosystème d’innovation, en plus des occasions intéressantes pour la nouvelle économie du secteur spatial. Les perspectives actuelles du marché mondial dans le secteur spatial sont évaluées à 500 milliards de dollars canadiens, et les analystes prévoient qu’au cours des décennies à venir, ce marché pourrait atteindre plusieurs billions de dollars.

Les résultats du sondage d’opinion publique, dont les points saillants sont énoncés ci-dessous, ont été présentés par Ipsos plus tôt aujourd’hui lors d’un événement iPolitics.

Cette coalition est formée des organisations suivantes : ABB; l’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC); Canadensys; l’Institut aéronautique et spatial du Canada (IASC); la Société canadienne d’astronomie (CASCA); la Société spatiale canadienne (SSC); Deltion Innovations; Honeywell; IMP Aerospace; Magellan Aerospace; MDA, une société de Maxar Technologies; Menya Solutions; Mission Control Space Services; les Associations étudiantes spatiales de Montréal (AESM); Neptec; NGC Aérospatiale; The Planetary Society; Société royale d’astronomie du Canada (SRAC); SATCAN; SED Systems; Space Strategies Consulting et Xiphos Technologies.

PRINCIPALES CONCLUSIONS DU SONDAGE :

L’enthousiasme pour l’espace est plus fort que par le passé.

  • Quatre Canadiens sur cinq sont fiers des activités que mène le Canada dans l’espace (79 %) et croient que le succès des technologies spatiales de pointe contribue à l’économie du savoir, à l’innovation et à la compétitivité de l’économie (78 %). Ces résultats sont comparables aux 71 % obtenus pour ces deux questions lors d’un sondage effectué en 2005 par Phœnix SPI pour l’Agence spatiale canadienne (ASC). Aussi, les trois quarts (76 %) des citoyens canadiens pensent que les activités spatiales canadiennes sont une source d’inspiration pour les jeunes du pays dans les domaines des sciences et de l’ingénierie (comparativement à 65 % en 2005).
  • De plus, 88 % des répondants appuient ou appuient fortement le développement des secteurs des technologies de l’information ou de l’intelligence artificielle; 88 % celui de la robotique; 80 % le secteur de la défense; et 84 % le secteur spatial, ce qui représente une hausse considérable par rapport au résultat obtenu dans le cadre du sondage Praxicus (64 %), réalisé en 2007.

Le bras de la navette spatiale (Canadarm) et les astronautes canadiens représentent une source de fierté et jouissent d’une grande notoriété.

  • Comme l’a démontré le sondage mené par l’ASC, le Canadarm reste l’image principale qui vient à l’esprit des Canadiens lorsqu’ils pensent au programme spatial Canada et à leurs activités dans l’espace.
  • En effet, pas moins de 92 % d’entre eux sont d’accord et 61 % sont fortement d’accord avec l’énoncé suivant : « Quand je pense au Canadarm ou que je le vois, je ressens de la fierté ».
  • Les Canadiens s’entendent presque tous pour dire (95 % sont d’accord et 67 % sont fortement d’accord) que les astronautes canadiens, notamment Chris Hadfield, Julie Payette et Marc Garneau, sont une source de fierté nationale et qu’ils inspirent les jeunes Canadiens à poursuivre une carrière dans le domaine de la science et de la technologie.

Les Canadiens appuient les investissements dans le secteur spatial, et nombre d’entre eux rejettent l’idée selon laquelle le Canada n’est pas assez puissant pour être actif dans l’espace.

  • La forte majorité des Canadiens pensent que ce serait une bonne décision d’accroître les investissements dans le secteur spatial, notamment pour les communications par satellite (81 %), les sciences de l’espace (73 %), la robotique spatiale (71 %), et les missions spatiales internationales (67 %).
  • Les trois quarts des répondants (75 %) sont en désaccord, y compris 47 % fortement en désaccord, pour dire que le Canada n’est pas assez puissant pour participer à l’économie spatiale aux côtés d’autres pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Italie.
  • Neuf Canadiens sur dix sont d’avis qu’il est important pour le Canada de maintenir son rôle de chef de file en robotique spatiale (p. ex. le Canadarm).
  • La vaste majorité des citoyens (85 %) souhaiterait que le Canada participe à une nouvelle mission lunaire.

L’augmentation du budget alloué au secteur spatial n’est pas une priorité établie. Il est donc essentiel de sensibiliser la population canadienne aux avantages d’investir dans le secteur spatial afin d’accroître son soutien relativement à ce domaine.

  • La moitié des Canadiens (53 %) conviennent que le Canada devrait diminuer le budget alloué au secteur spatial, car il a d’autres priorités plus importantes.
  • Tous les messages mis à l’essai contribuent à accroître le soutien pour l’investissement dans l’espace. La majorité des Canadiens sont beaucoup plus susceptibles d’appuyer la hausse des investissements dans ce secteur en raison de l’incidence de ce dernier sur les domaines médical et environnemental; en effet, une proportion de répondants de 58 % et de 56 %, respectivement, rapportent que les messages qu’ils ont entendus les rendent beaucoup plus enclins à montrer leur appui.

Peu de gens sont au courant de la baisse du budget alloué au secteur spatial au Canada.

  • De nombreux Canadiens croient que le budget consacré au développement des communications par satellite (48 %), à la robotique spatiale (50 %), et aux missions spatiales internationales (55 %), est resté sensiblement le même depuis les cinq dernières années. Parmi ceux qui pensent que le budget a changé, un plus grand nombre estime que le montant alloué aux communications par satellite a augmenté (28 % croient à une augmentation, contre 10 % à une diminution), et une même proportion de répondants croit que le montant alloué à la robotique spatiale a augmenté ou diminué (respectivement 18 %).

Un grand nombre de Canadiens croient que le Canada prend du retard en comparaison avec d’autres pays présents dans l’espace, une situation qu’ils jugent inquiétante.

  • Quatre Canadiens sur dix sont d’avis que le Canada prend du retard en comparaison avec d’autres pays en matière de réalisations spatiales. Cela représente presque deux fois plus que le nombre de personnes qui pensent que nous avons pris du retard dans les secteurs des technologies de l’information et de l’intelligence artificielle ainsi que de la robotique.
  • Près de quatre Canadiens sur cinq (78 %) sont plus enclins à appuyer la hausse des investissements dans la technologie spatiale canadienne quand ils apprennent que si nous cessons d’investir dans ce domaine, nous risquons de perdre nos meilleurs et plus brillants cerveaux au profit d’autres pays.

MÉTHODOLOGIE

Ces résultats sont tirés d’une enquête téléphonique menée auprès d’un échantillon aléatoire et représentatif de n = 1 602 Canadiens âgés de 18 ans et plus. Ce sondage a été réalisé du 7 au 21 juin 2018, en anglais et en français (le travail sur le terrain en Ontario a commencé le 8 juin).

Un échantillon de cette taille est assorti d’une marge d’erreur de +/-2,45 %, 19 fois sur 20. La marge d’erreur sera plus grande pour les données qui se basent sur des sous-groupes de l’échantillon total.

L’enquête a été suivie d’une série de huit groupes de discussion composés d’un échantillon de Canadiens. Les discussions ont eu lieu à Vancouver, à Toronto, à Montréal et à Halifax, du 27 juin au 5 juillet 2018.

Aidez le Canada à conserver sa place dans l’espace. Communiquer avec votre député / députée pour exprimer votre appui et signez votre nom sur cette pétition au gouvernement du Canada et partagez votre soutien.

Ecrire un commentaire